Emmanuel Parmentier et Les Nouveaux Auteurs

Tout d’abord, milles excuses pour la baisse de publication d’articles, du à un gros manque de temps. Il y a quelques semaines, ACDL vous avait parlé de la maison d’édition Les Nouveaux Auteurs et de sa manière inovatrice de publier de nouveaux auteurs. Aujourd’hui, voici une interview d’un auteur ayant publié chez les Nouveaux Auteurs, Emmanuel Parmentier.

Emmanuel Parmentier, est né en 1979,  passionné de littérature et de cinéma, il a publié un recueil de 9 nouvelles intitulé Solitudes. Découvrez grâce à son interview, son roman et le processus d’édition chez Les Nouveaux Auteurs.

Comment as-tu découvert les éditions Les Nouveaux Auteurs?

A l’époque, il y avait eu un article dans Femme Actuelle annonçant la création de cette maison d’édition originale, faisant le pari de jeunes auteurs n’ayant pas encore publié et d’un comité de lecture « citoyen ». Une maison d’édition offrant véritablement une chance aux nouveaux auteurs, tout en s’affranchissant des comités de lecture « occultes ». Je ne lis personnellement pas Femme Actuelle, mais ma mère était tombée sur l’article…

Il faut savoir que les éditions Les Nouveaux Auteurs sont en partenariat avec Prisma Presse, le deuxième groupe de presse magazine en France (d’où l’article dans Femme Actuelle). Les éditions Les Nouveaux Auteurs éditent d’ailleurs le Grand Prix Femme Actuelle et, depuis peu, le Grand Prix VSD du Polar.

Qu’est-ce qui t’a décidé à mettre tes nouvelles en ligne?

Par « mettre en ligne », tu entends soumettre mon manuscrit ? Car seuls les membres du comité de lecture y ont eu accès… Ce qui m’a décidé :

Le fait que ce soit une maison d’édition véritablement à compte d’éditeur (ce qui veut dire véritable sélection du livre, composition, impression et promotion du livre à l’entière charge de l’éditeur…)

Le concept que je trouvais intéressant : l’idée du comité de lecture « citoyen » m’a séduit, savoir qu’il y avait le groupe Prisma Presse derrière… à vrai dire, c’est ce point qui a été déterminant quant au choix des Nouveaux Auteurs, car Solitudes avait également été accepté dans deux autres maisons d’édition…

Depuis combien de temps écrivais-tu?

De manière soutenue, environ 6 ans. Depuis la fin de mes études, en fait. J’étais parti pour être professeur en université, et j’ai saturé… Un jour, je me suis mis à écrire une histoire pour les enfants. Puis une deuxième, une troisième… Puis un roman jeunesse. Puis un roman « adulte », des nouvelles… Bref, je suis devenu accro à l’écriture. J’alterne entre littérature « adulte » et littérature jeunesse, au gré de mes envies.

Je m’étais toujours promis d’éditer à compte d’éditeur, c’est pour ça que pendant 6 ans je n’ai rien publié… Les avis de mon entourage et les commentaires encourageants de quelques éditeurs m’ont aidé à ne pas abdiquer…

Comment s’est passé le processus d’édition avec Les Nouveaux Auteurs (contact, contrat, ventes, diffusion, etc.) ?

Suite à l’article paru dans Femme Actuelle, j’ai soumis mon manuscrit aux éditions Les Nouveaux Auteurs via Internet. Devant l’afflux des manuscrits, la réponse fut assez longue… De mémoire, quatre à cinq mois. J’ai enfin reçu un mail, puis un appel téléphonique, de l’éditeur me disant que Solitudes avait été retenu… J’ai ensuite reçu le contrat par la poste, l’ai retourné signé, et le processus éditorial a commencé…

En fonction des évaluations obtenues (et des remarques du comité de lecture), les manuscrits retenus devaient être plus ou moins retravaillés. Ayant eu de bonnes notes (7,70 sur 10 de moyenne), les corrections apportées furent mineures… J’ai retourné mon fichier corrigé à l’éditeur.

A partir de là, départ en correction (Les Nouveaux Auteurs font appel à un comité de lecture « citoyen », non professionnel, mais les correcteurs et maquettistes, eux, sont bien des professionnels), mise en page, création de la couverture… Le 1er BAT (Bon A Tirer) est arrivé au bout de quelques mois. Quelques ajustements, validation du BAT et départ en impression. Enfin !

Les ventes se sont déroulées dans un premier temps principalement sur Internet, la maison d’édition étant nouvelle, et donc inconnue des libraires. Le cercle des librairies s’est étendu au fur et à mesure de la promotion… Sur ce point, j’ai véritablement travaillé en concertation avec l’éditeur. La presse régionale (journaux, radios, TV) a dans l’ensemble été très accueillante. Le concept du « jury citoyen » a plu…

Pour ma part, Solitudes s’est assez bien vendu (pour un jeune auteur s’entend). Mais je fais aussi beaucoup de salons et de signatures…

Te sers-tu toujours des Nouveaux Auteurs pour proposer tes textes?

J’y suis tenu par contrat. Les éditions Les Nouveaux Auteurs ont un « droit de préférence » sur ce que j’écris pour les adultes (romans et nouvelles). Cela veut dire que je dois leur soumettre mes manuscrits en premier. S’ils les refusent, je suis libre d’aller signer ailleurs…

Ce « droit de préférence » est valable pour une durée maximum de 5 ans et de 5 ouvrages (cela ne veut pas dire que je suis obligé d’écrire 5 ouvrages sur 5 ans, c’est la première des deux clauses atteintes…). Au bout de deux refus de leur part, il n’a plus cours.

Avais-tu envoyé tes nouvelles à d’autres maisons d’édition? As-tu eu des retours de la part de celles-ci?

Oui, bien sûr. Avant de signer avec Les Nouveaux Auteurs, j’avais soumis Solitudes à un certain nombre de maisons d’édition. Des « grosses » maisons pour la plupart, où en arrivant par la poste le manuscrit à une chance infinitésimale d’être retenu… J’ai évidemment reçu des lettres types, du genre « Malgré tout son intérêt, votre projet ne correspond malheureusement pas à notre ligne éditoriale »… Je me souviens néanmoins de quelques réponses motivées et encourageantes de certaines maisons d’édition. Je savais donc que Solitudes avait du potentiel.

En fait, c’est Internet qui a un peu débloqué la situation. Car il y a plein de « petites » maisons d’édition (petites par leur taille, pas par la qualité de leur travail) dont la principale visibilité est Internet. Solitudes avait été accepté par deux d’entre elles quand j’ai su qu’il était également pris aux Nouveaux Auteurs. J’ai « misé » sur les Nouveaux Auteurs.

Comment est venue l’idée d’écrire des nouvelles sur la vie courante de certaines personnes?

A chaque livre que j’écris, j’essaie d’aborder les choses différemment, de me renouveler… Avant, j’avais écrit des histoires pour enfants, un roman jeunesse, un roman « tout public »… Je ne m’étais jamais confronté au registre de la nouvelle. Et puis j’ai décidé de « corser » le tout, d’appliquer le principe de choralité. Des nouvelles qui interagiraient entre elles…

Le thème général de Solitudes est… la solitude. 9 personnages très différents qui à un moment de leur vie sont confrontés à une forme de solitude (je précise que ce n’est pas un livre tout noir, il s’y passe aussi des choses très drôles). 9 personnages qui se sentent seuls, mais qui se croisent à un moment ou à un autre… Effectivement, c’est un livre très réaliste, avec des « tranches de vie ».

Comme je le disais, Solitudes est un recueil de nouvelles « choral » : personnages secondaires qui deviennent personnages principaux, questions qui restent en suspens et dont on a la réponse dans d’autres nouvelles… Bref, une gigantesque toile d’araignée.

Solitudes peut à la fois être lu comme un recueil de nouvelles « classique », dans le sens où chaque nouvelle est autonome, mais aussi comme un « roman », dans le sens où il y a vraiment une trame globale. A noter que chaque nouvelle est précédée d’une citation qui donne une orientation de lecture (il y a aussi des fausses pistes…).

Combien de temps t’a-t-il fallu pour écrire ton livre en entier?

Comme je voulais 9 nouvelles très différentes, avec 9 énergies différentes, un peu plus de deux ans… Mais entre chaque nouvelle, j’en ai profité pour me ressourcer, pour faire le vide… Entre l’écriture de chaque nouvelle, j’ai laissé passer un peu de temps, où j’ai écrit d’autres choses : de la poésie, des histoires pour enfants…

Quels sont tes auteurs préférés et livres préférés?

Sur ce point, je t’invite à consulter mon blog d’auteur (rubrique « Mon profil littéraire »).

Pour finir, Les Nouveaux Auteurs utilisent les outils du web 2.0 et les intègrent à leur manière d’éditer, que penses-tu de la combinaison ou le binôme littérature-internet?

Les Nouveaux Auteurs utilisent Internet pour présenter leurs ouvrages (on peut lire un extrait PDF en ligne) et leurs auteurs (chaque auteur a son blog). Les évaluations (notes + fiches de lecture détaillées) du comité de lecture, à l’origine de la publication de l’ouvrage, sont également mises en ligne. Ce que je trouve particulièrement intéressant. Les lecteurs peuvent aussi laisser leurs commentaires. Tout cela donne effectivement une « dynamique » au site.

Après, je ne sais pas si on peut vraiment parler de « combinaison littérature-Internet »… Car les livres édités par Les Nouveaux Auteurs ne sont disponibles qu’en version papier. Les Nouveaux Auteurs ne font pas de « livres numériques »…

Un grand Merci à Emmanuel pour avoir eu la gentillesse de répondre à toutes ces questions. Son roman Solitudes est agréable à lire, oscillant du comique au dramatique, et son écriture décrit avec justesse des scènes de vie qui pourraient arriver à Monsieur Tout-Le-Monde. Les personnages sont d’une réalité frappante et quand ils se retrouvent face à leur solitude, on ressent un petit pincement au cœur. A lire!

Emmanuel Parmentier a aussi publié un livre jeunesse, Mon Copain Antoine, chez Edilivre.

7 thoughts on “Emmanuel Parmentier et Les Nouveaux Auteurs

  1. Des nouvelles drôles et émouvantes, d’autres plus sombres, plus cyniques… le tout très rafraîchissant. Des solitudes qui nous font vivre différents tranches de vie, nous rappelant les richesses que nous offre la vie. à lire!!!!
    Courage et persévérance pour les oeuvres suivantes!
    clin d’oeil d’une vosgienne….

  2. Je suis ravie de découvrir cet auteur et cette maison d’édition en particulier.
    Je vais m’y pencher de très près…

    En attendant, je me suis permis de te tagger.
    J’espère que tu n’y es pas allergique, mais si c’était le cas j’aurai au moins mis un lien vers ton blog, que j’aime beaucoup.

    Cordialement

    Elisabeth

  3. à lire, même si pour moi le chinois est plus comprexible.
    bravo. je l’ai lu 5 fois pour pouvoir en discuter avec
    Edith. Bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *