Evolution des ventes d’e-books en ligne

Les librairies d’e-books font fureur sur le net. ACDL a décidé de se pencher sur ces sites qui montent crescendo.

En tapant sur Google France les mots clés « librairie e-books », on remarque qu’il y a très peu de sites français, et qu’ils ne sont pas encore au point. Alors que si l’on recherche sur Google Usa « e-books », on tombe tout de suite sur beaucoup de sites de ventes en ligne d’e-books. Les Usa ont donc une longueur d’avance sur l’Europe (encore et toujours) et ont développé le commerce d’e-books qui séduit un nombre considérable de lecteurs.

En France, on retrouve Numilog en librairie numérique. Le site propose à la fois des e-books et des livres audio. Les livres proposés ne sont pas forcément des livres du moment ou des best-sellers, ce qui rend l’attractivité moindre.

Aux Usa, les principales librairies numériques sont Ebooks et Free Ebooks. Ebooks possède plus de 130 000 livres numérique contre 40 000 chez Numilog (dont un certain nombre appartenant aux livres de savoirs ou de pratique). Il existe aussi une quantité importante de plus petites librairies numériques ayant un choix de 55 000 livres comme Cyberread.

Ces recherches permettent de constater que le livre numérique fonctionne aux Usa, mais qu’il ne dépasse pas le livre papier, comme beaucoup ont voulu penser. En effet le site de Barnes & Noble possède environ 1 million de livres, et plus de 793 magasins dans tous les Etats-Unis. De plus son chiffre d’affaire est de 1,2 milliard de dollars. Le chiffre d’affaire d’Amazon est quant à lui de 2,28 milliards de dollars et veut investir dans la vente de livre numérique en ligne.

On peut aussi noter que les sites en ligne de ventes d’ebooks évoluent en même temps que le développement du Kindle ou du Sony Reader.

Attendons de voir comment cela progresse d’ici quelques années, en France.

2 thoughts on “Evolution des ventes d’e-books en ligne

  1. Je formule une modeste hypothèse : l’Europe possède une culture papier alors que les Etats-Unis, qui sont un pays neuf, ont une culture à inventer tous les jours. D’où peut-être une plus grande propension à l’innovation. Mais ce n’est qu’un hypothèse…

    Je ne crois pas du tout à l’explosion de e-paper en France. Pour moi, les liseuses vont rejoindre la machine à pain de Noël 2006 !

  2. Je suis d’accord avec vous pour cette explication au niveau des USA. Cependant je pense que l’e-papier a un réel potentiel en Europe, sans pour autant dépasser le livre papier. Il y a déjà une mutation de la chaîne des métiers du livres ( au niveau des diffuseurs et des éditeurs qui se servent de plus en plus des nouvelles technologies web) et Internet est un puissant moyen de lecture (magazines en ligne par exemple) qui s’imposera à long terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *