Le géant New-Yorkais Simon & Schuster (appartenant au groupe CBS Corporation) a créé sa propre plateforme d’auto-édition, Archway Publishing. Après Lulu.com, BookTango, Author House ou encore Author Solutions, il semblerait que tout le monde ait sa plateforme d’auto-publication.

Y-aurait-il un intérêt désintéressé visant à rendre accessible la publication d’ouvrages aux auteurs ? Une envie de développer l’édition électronique, de rendre accessible les ebooks à toutes et à tous ?

J’en doute fortement. Les éditeurs sont-ils en train de repenser leur métier ? L’édition devient un service qui implique des savoirs, des techniques, des professionnels, l’auteur paye pour ce service. L’éditeur devient ainsi un prestataire de services, l’auteur un client. On ne peut pas les en blâmer, bien au contraire. Le monde éditorial, tel qu’il est actuellement, n’est pas rassurant, les acquis des générations précédentes semblent s’ébranler. La pauvreté des droits d’auteurs, la difficulté de rendre un livre rentable, les coûts d’impression, de diffusion, de distribution, l’évolution des technologies, fait qu’il a été facile de remettre complètement en question le modèle économique du livre. Comment gagner plus d’argent ? Ou plutôt comment continuer à être rentable ?

L’auteur s’est dit qu’il pouvait se passer d’un éditeur, et l’éditeur a du prendre en compte l’émancipation des auteurs en répliquant, en montrant qu’un éditeur est utile dans la publication d’un ouvrage (qu’il soit en version papier ou numérique d’ailleurs). Alors les plateformes d’auto-édition fleurissent, le livre se désacralise aussi, oui c’est un objet commercial, et pour en vivre il faut le vendre.

Au delà de la volonté des éditeurs de rester dans la course, de s’adapter aux changements du livre, c’est aussi un moyen de prendre moins de risques sur des ouvrages. Pourquoi prendre en charge la publication d’un livre quand l’auteur est prêt à débourser une somme d’argent importante pour le publier ?

Et c’est là où justement l’argument de « rendre accessible » la publication d’ouvrage au plus grand nombre (attention au plus grand nombre ne veut pas dire n’importe quel gugus se prenant pour un écrivain) tient plus que moyennement la route. Aller sur le site d’Archway Publishnig pour avoir un aperçu des tarifs est un coup à s’étrangler. Les prix vont de 2000 à 15 000 dollars pour la publication de fiction, et se présentent sous forme de Package. Plus le prix est élevé plus les services proposés sont élaborés. Le souci, c’est qu’en ayant dépenser 15 000 dollars sur un livre combien faut-il vendre d’exemplaires et à quel prix pour qu’il soit rentable à l’auteur ? Et malgré tous les services proposés, qui peut garantir que le livre se vendra bien ?

Toutes ces plateformes ont du potentiel, mais sont-elles vraiment bénéfiques aux auteurs ? L’avenir nous le dira.