99 francs, Frederic Beigbeder

99 francs avait beaucoup fait parler de lui avec le film sorti l’année dernière, réalisé par Jan Kounen. Mais aujourd’hui ce n’ est pas du film qu’il est question (même si l’adaptation est plutôt bien réussie), mais du livre et de son auteur!

Pour ceux qui n’ont pas lu le livre, Beigbeder nous raconte l’histoire d’Octave Parango, directeur publicitaire de la Ross, dont la vie se partage entre le boulot, la cocaïne et les soirées qui dérapent. Le livre qui est écrit avec beaucoup de cynisme et parfois une certaine vulgarité le rend encore plus poignant. Beigbeder dénonce le cynisme du monde de la pub: par exemple quand Octave essaie de rehausser le niveau intellectuel des publicités, les directeurs sont contre ses idées car ils pensent que les consommateurs sont des gens non cultivés. L’exemple le plus significatif de cette image est le discours du directeur de Madone (à quoi ça peut bien vous faire penser? :p) qui souligne que la « ménagère » a besoin de rêve car elle est toute la journée dans les magasins avec les enfants, en poussant son chariot. Autrement dit la publicité ne fonctionne que sur des clichés.

99francs

Dans ce monde où la plupart des gens ne sont pas droits dans leur conduite, Octave, après une overdose décide de saboter sa campagne publicitaire. Ce livre est avant tout une critique mais pas seulement du monde de la pub, plutôt sur la société de consommation en général, avec un fond d’histoire d’amour, mais aussi des gens qui se suicideront dans un monde qui leur échappe.

ACDL a beaucoup aimé 99 francs et tenait à en faire un article. Pour le finir en beauté voici la phrase la plus vraie du livre : « Tout s’achète, l’amour, l’art, la planète Terre, vous , moi et surtout moi ».

4 thoughts on “99 francs, Frederic Beigbeder

  1. J’ai beaucoup aimé le film mais je n’ai pas lu le livre (j’ai plusieurs fois repoussé sa lecture et depuis que j’ai vu le film, je ne suis plus du tout motivé pour le lire…). Je reste encore marqué par le film, sa critique de la publicité et de la société de consommation et j’essaye de prendre du recul face à tout ça (réfléchir à mes achats: en ai-je vraiment besoin?, aux publicités que je vois, etc…).
    Bien sûr, 99F n’est pas le seul « responsable » de cette remise en question. Néanmoins, un tel livre/film a probablement plus d’effet sur le grand public que « La société de consommation » (bien qu’une partie des gens vont voir le film, se distraire puis l’oublier et ne pas se poser de question par la suite…)

  2. Oui j’ai vu le film que j’ai beaucoup aimé et dans tous les cas cela m’a fait réfléchir. Ce qui m’a beaucoup choqué à la fin du film, c’est qu’il y avait écrit que seulement quelques pour cents de la somme totale des budgets des publicités suffirait à réduire de moitié la pauvreté dans le monde…

  3. J’ai vu le film aujourd’hui (22/02/10) et j’en déduis que nous ne devons pas nous laisser influencer aussi facilement par les pubs, nous devons nous dire que derrière ces beaux discours ce cache des « criminels » dont le but est de brouiller nos cerveaux afin de s’enrichir!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *