Alexandre Soljenitsyne, disparition d'une immense figure littéraire

Alexandre Soljenitsyne

ACDL tient à rendre hommage à l’auteur Alexandre Soljenitsyne, décédé dans la nuit de Dimanche à Lundi, à l’âge de 89 ans.

Alexandre Soljenitsyne, connu pour sa dissidence durant le régime soviétique et son prix Nobel de littérature en 1970, représente toute une génération et surtout la résistance intellectuelle contre le régime soviétique.

C’est l’auteur qui à parlé des camps de concentration dans ses ouvrages: L’archipel du Goulag, Le premier cercle, Le pavillon des cancéreux.

En 1945, il fut condamné à 8 ans de prison dans les camps pour activité contre-révolutionnaire et critiques envers le gouvernement de Staline. Après sa réhabilitation en 1956, il connaîtra une renommé internationale avec l’oeuvre Une journée d’Ivan Denissovitch. 3 ans après, il est interdit de publier en URSS et est contraint de publier ses romans en Occident. Etroitement surveillé par le KGB, il sera arreté en 1974, déchu et expulsé de l’Union Soviétique, peu de temps après la parution de L’archipel du Goulag publié à Paris, et grandement dérangeant pour l’URSS.

Le Président s’est exprimé sur ce grand écrivain, le décrivant comme  » l’une des plus grandes consciences de la Russie du XXe siècle (…) refusant de quitter son pays pour mieux dénoncer les agissements du pouvoir  » .

3 thoughts on “Alexandre Soljenitsyne, disparition d'une immense figure littéraire

  1. Très bon auteur que Soljenitsyne. Son livre, l’archipel du Goulag est un des premiers livres à dénoncer publiquement ce qu’il se passe vraiment en URSS, mettant une fois de plus mal à l’aise la Russie. Etonnant qu’il ait vécu si vieux d’ailleurs, quand on sait que la russie n’hésite pas à se débarasser des « gens qui l’embêtent »…

  2. N’oublions pas que Gide a été aussi un pionnier européen pour dénoncer le stalinisme
    Soljenitzyne lui a vécu ce cauchemar de l’intérieur et je suis heureux que votre blog lui ait rendu hommage car l’histoire rencontre souvent les très grandes oeuvres littéraires,lesquelles sont pour ma part plus passionnantes que les romans nombrilistes de Cusset ou Millet etc… (ces derniers auront le mérite de devenir « historiques » dans 2000 ans pour les anthropologues (je suis peut-être un peu méchant pour cette littérature qui a aussi le droit de vivre et de s’exprimer dans le respect de la liberté de l’être humain)
    denis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *