Auto dictionnaire Simenon de Pierre Assouline

George Simenon décéda le 4 septembre 1989 en laissant une œuvre colossale. Vingt ans après, le succès de l’auteur de Maigret ne se dément pas et Pierre Assouline publie pour cette rentrée littéraire l’Auto dictionnaire Simenon chez Omnibus (paru le 3 septembre).

Un dictionnaire qui comporte tous les mots qui sont susceptibles de nous éclairer sur l’univers de cet auteur majeur: extraits d’interviews, de ses romans, de ses lettres de A à Z, voici un concentré unique de ses citations.

Que dire de plus à part vous proposer quelques extraits de cette belle initiative pour le 20e anniversaire de la mort de Simenon.

Amour

Dans la centaine de romans que j’ai écrits jusqu’en 1946 et que vous avez lus, je crois bien que je n’ai jamais parlé de l’amour autrement que comme d’un accident, voire d’une maladie, je crois presque d’une maladie honteuse, en tout cas quelque chose qui ne pouvait amoindrir l’homme en lui enlevant sa maîtrise de lui-même. Et c’était assez mon sentiment.

(Lettres à André Gide, le 18 janvier 1948)

Argent

L’argent ne m’intéresse pas. Certes, j’aime mon confort, j’aime un certain nombre des plaisirs qu’il permet. mais je me refuse à jouer avec, si je  puis dire […] Je veux vivre de mes romans, rien que de mes romans, et il n’y a qu’eux qui me réussissent. Le reste ne m’importe pas.

(Un homme comme un autre. Dictée de février à septembre 1973)

Courrier des lecteurs

Moi qui dans mes débuts, n’ai jamais osé déranger mes aînés, je me suis imposé, plus tard de ne laisser aucun appel sans réponse.

(Lettres à Gustave Dessers, Tumacacori, Arizona, 18 mars 1949)

Faulkner

Il y a un auteur que j’aurais aimé être. C’est Faulkner, qui a fait tenir l’humanité entière dans un petit comté du sud des États-Unis. Avant lui, Thomas Mass avait réalisé le même tour de force avec sa « Montagne Magique ».

(Entretien avec Gilbert Graziani, 8 avril 1967)

Femmes

Vous savez, Fellini, je crois que dans ma vie, j’ai été plus Casanova que vous! J’ai fait le calcul, il y a un an ou deux, j’ai eu 10 000 femmes depuis l’âge de 13 ans et demi. Ce n’était pas du tout un vice. Je n’ai aucun vice sexuel, mais j’avais besoin de communiquer. Et même les 8 000 prostituées qu’il faut compter parmi les 10 000, c’étaient des êtres humains, des êtres humains femelles. J’aurais voulu connaître toutes les femelles. Malheureusement, à cause de mes mariages, je ne pouvais pas avoir de véritables aventures. Ce que j’ai pu faire l’amour entre deux portes, dans ma vie, c’est invraisemblable! Mais ce n’est pas parce qu’on cherche le contact humain qu’on le trouve. On trouve surtout le vide, n’est-ce pas?

(Entretien avec Federico Fellini, février 1977)

Retrouvez le site crée par les éditions Omnibus: Tout Simenon pour plus d’informations sur son oeuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *