Les caractères de La Bruyère

La Bruyère (1645-1696), moraliste français appartenant au classicisme, est connu pour son unique œuvre Les Caractères ou Les mœurs de ce siècle. Cette œuvre présente une forme particulière car elle est écrite en petites brèves littéraires .Ce fut le premier à mettre en avant ce style littéraire qui incite à lire les brèves à haute voix.

Son œuvre représente des critiques et des observations sur son époque, et donc de la cour, du roi, de la noblesse et du clergé.

Ses brèves peuvent être considérées comme intemporelles, car La Bruyère peint un portrait de l’homme éternel dans son œuvre où l’argent est la valeur suprême.

Voila ce qu’il écrit au début de son ouvrage :

« Je rends au public ce qu’il m’a prêté; j’ai emprunté de lui la matière de cet ouvrage: il est juste que, l’ayant achevé avec toute l’attention pour la vérité dont je suis capable, et qu’il mérite de moi, je lui en fasse la restitution. Il peut regarder avec loisir ce portrait que j’ai fait de lui d’après nature, et s’il se connaît quelques-uns des défauts que je touche, s’en corriger. »

Malgré le langage soutenu de l’époque, le livre se lit facilement, et l’ironie dont La Bruyère fait preuve rend l’œuvre très intéressante.

Extrait :

« Chez les femmes, se parer et se farder n’est pas, je l’avoue, parler contre sa pensée; c’est plus aussi que le travestissement et la mascarade, où l’on ne se donne point pour ce que l’on paraît être, mais où l’on pense seulement à se cacher et à se faire ignorer: c’est chercher à imposer aux yeux, et vouloir paraître selon l’extérieur contre la vérité; c’est une espèce de menterie. »

«Une mode a à peine détruit une autre mode, qu’elle est abolie par une plus nouvelle, qui cède elle-même à celle qui la suit.»

A lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *