Les livres jeunesse pour adultes: rapport texte/image

Souvent, en tant que client, on pense que dans le rayon jeunesse, il n’y aura que des livres pour enfants. Pourtant il s’avère que l’on peut trouver des livres avec des illustrations et une histoire, qui pourtant après lecture ne ressemble pas à un livre pour enfants. En effet, de nombreuses œuvres recherchent de plus en plus un rapport à l’image (qui est partout dans notre société), et repoussent les limites du texte. Et si l’on regarde ces illustrations sans lire le texte, on peut faire ressortir des symboliques et reconstituer l’histoire avec pas mal de détails. Voici deux exemples qu’ACDL a sélectionné pour vous expliquer:

Le jeu des formes d’Anthony Browne (célèbre auteur jeunesse) utilise cette technique dans ses illustrations. L’histoire est simple: une famille sort un dimanche car c’est l’anniversaire de la maman, et elle veut aller dans un « endroit inhabituel ». Ils vont donc dans un musée londonien. Cependant le papa et l’ainé sont à la traine et font la tête. Une fois dans le musée, Anthony Browne nous fait découvrir de nombreux tableaux, à interpréter en parallèle à l’histoire, et les membres de la famille commencent à vivre ces tableaux, et ressortent du musée heureux.

En regardant la scène où le père fait la tête, on découvre une ville avec un ballon de foot caché entre deux immeubles, ou encore une radio en haut d’un immeuble, ainsi qu’un but. On comprend donc que le père rate un match de foot. A l’entrée du musée, on voit discrètement sur l’image une tellière posée sur une colonne, et une tasse sur une autre colonne. La tellière verse du thé dans la tasse, selon la loi d’anti-gravité, ce qui nous fait comprendre que les parents sont en froid, mais que ce n’est pas irrémédiable. Plus loin, on voit un tableau avec une moitié de pomme et on retrouve l’autre moitié dans une autre illustration, ce qui symbolise le couple. Le livre fonctionne entièrement comme cela, et même si à priori c’est un livre jeunesse, en tant qu’adultes nous pouvons aller au delà de l’histoire et comprendre ce rapport texte/image qu’instaure Anthony Browne.

Voici un deuxième exemple de livre: Et la gelée: framboise ou cassis? de Béatrice Poncelet. Le texte est à deux voix: une personne qui pense, et une personne qui lui parle (écrit en plus gros et en gras) lors d’un petit déjeuner. La première personne pense au temps qui passe, à ses angoisses etc… et le texte est assez poétique.

Pour illustrer ce temps qui passe, le lecteur retrouve des bols dessinés avec des pois blancs dessus (significatif du poids ou du fardeau du temps), ces bols s’empilent au fur et à mesure, et le pot de confiture baisse de plus en plus. Il y a aussi une image de Nefertiti allongée avec à côté un bol et une cuillère dessus, pour évoquer une fin, une mort. L’auteur évoque la peinture aussi dans son livre, et on retrouve de célèbres peintres : Van Gogh, ou de célèbres peintures: La Joconde peinte façon Andy Warhol. L’auteur nous montre aussi la vue qui se trouble à un certain âge avec la représentation d’un texte flou.

Ces deux exemples, nous montre deux choses: les livres jeunesses sont remplis de symboles et certains ne sont pas forcément pour enfants comme dans le livre de Béatrice Poncelet. Si vous avez l’occasion d’aller dans une librairie, jetez un coup d’oeil à ces deux livres, pour repérer toutes ces métaphores et métonymies!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *