Rentrée littéraire française: les anglais sont sceptiques!

En parcourant le site anglais The Guardian, ACDL est tombé sur un article qui parlait de la rentrée littéraire française ayant pour titre « Gloomy autumn on way for French writing » (Sombre automne en vue pour l’écriture française). Pas très élogieux en effet!

guardian

La baisse d’ouvrages français publiés est reprochée (rappel: -7.1% par rapport à 2007), ainsi que les sujets traités, qui sont en majorité des sujets difficiles « provocants » et « sombres ». Sont cités Regis Jauffret qui écrit sur le suicide dans Lacrimosa , Valentine Goby qui traite de l’avortement dans Qui touche à mon corps je le tue , Emmanuelle Pagano raconte l’histoire d’une fille abusée par ses camarades de classe dans Les mains gamines et Mathieu Riboulet s’attèle à l’épidémie du Sida dans les années 90 dans L’amant des mort avec un homme qui couche avec son propre père.

Selon cet article, ce côté sombre de la littérature a un lien direct avec l’humeur des français depuis quelques années. Pour les anglais, nous sommes « déprimants », et cela se voit autant dans l’économie que dans la littérature. Pour autant, cela influence t-il vraiment notre rentrée littéraire? Dans tout les cas, les sujets difficiles doivent être traités d’une manière ou d’une autre, et ACDL pense que cela ne reflète pas forcement la France, plus le monde actuel.

Cependant, il semblerait que les éditeurs pensent que ce seront les livres plus légers et drôles qui se vendront le mieux cette rentrée. Dans tous les cas, la rentrée littéraire, malgré le nombre de publication en baisse, annonce de belles oeuvres et surtout pour tous les goûts! Ne soyons pas si péssimistes!

3 thoughts on “Rentrée littéraire française: les anglais sont sceptiques!

  1. Oui les anglais ont toujours aimé critiqué leurs voisins outremanche, et l’inverse est aussi fréquent !
    Néanmoins il y a sans nul doute un lien entre l’état d’esprit des auteurs et les thèmes dont ils traitent ; de plus on ne peut nier que l’état d’esprit des français est bien sombre et morose, tout comme bon nombre de titres à paraître…
    Mais paradoxalement, si les français sont déjà « déprimés », ils se tourneront effectivement plutôt vers des ouvrages drôles et légers.
    De là à ce que toute la rentrée littéraire soit teintée de cet élan de pessimisme, il y a quand même de beaux ouvrages à paraître.

  2. En tout cas, je ne pensais pas que les anglais s’intéressaient à notre rentrée littéraire. Au moins ils en parlent! Mais c’est sûr qu’il n’y pas non plus que des œuvres déprimantes cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *