Roses à Crédit, Elsa Triolet

Roman écrit en 1959 par la romancière d’origine russe Elsa Triolet (1896-1970) (et épouse de Louis Aragon), Roses à Crédit est le premier opus d’une trilogie appelée « L’âge de nylon ». Véritable œuvre engagée sur la société de consommation, qui compare «l’âge de pierre »et « l’âge de nylon », Elsa Triolet fait de son personnage principale Martine, une héroïne perdue dans cette époque, qui la conduira à une mort certaine, comme si il n’y avait pas d’autre solution. Passionnée, ambitieuse, mais naïve, Martine s’enfoncera dans le cercle des crédits, du luxe et de la propreté excessive. Tout doit être parfait, et c’est cela qui la perdra et lui fera perdre son amour de jeunesse Daniel, un passionné de roses.

L’intérêt de ce roman est surtout le réalisme avec lequel il a été écrit, il appartient au mouvement littéraire du réalisme social du 20e siècle. C’est d’ailleurs pour cela qu’Elsa Triolet prévient ses lecteurs sur la possible ressemblance de Martine avec des gens réels : « Toute ressemblance ne pourrait être que fortuite » p.6. Un roman réaliste se caractérise par une époque donnée, avec des dates précises, d’où de nombreuses références à la seconde guerre mondiale mais aussi par le décor, avec des lieux précis.

L’histoire se déroule après la libération jusqu’en 1958, avec des retours en arrière jusqu’en 1940.

Triolet nous livre un roman critique sur la société du jetable qui allie bonheur avec confort, et témoigne de son engagement politique, contre une société capitaliste.

A lire:

  • Roses à crédit, 1959
  • Les Manigances, 1962
  • L’âme, 1963

Source image: pagesperso-orange.fr/aujourdhui/aragon/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *