Tendance éditoriale: l'économie se vend bien!

En cette période « de crise » comme on nous le rabâche à longueur de journée (au cas où nous n’aurions pas compris), nous pourrions penser que les lecteurs se tournent vers une littérature d’aventure, de détente, bref une littérature qui fait rêver face au paysage morose du quotidien et de la réalité.

Et bien non! Il semblerait que ce ne soit pas les livres appartenant à la fiction qui portent le marché éditorial en ce moment, mais au contraire les livres sur l’économie, la crise et l’industrie. Fiona Kennedy, responsable des non fiction chez Waterstones dit qu’ « il semble que le marché éditorial attendait l’arrivée de ces livres, il y a quelques best-sellers en ce moment dans la catégorie, mais il y en a encore plus qui vont sortir dans les prochaines semaines« .

Nigel Wilcockson, responsable éditorial chez Random House explique que cette tendance ressemble aux différentes étapes qu’impliquent le deuil:  » la première étape est celle du démenti, puis vient la colère, qui se reflète à travers des livres d’accusation, puis l’acceptation où l’on a besoin d’avancer, et trouver des solutions, ce qui sera la prochaine étape éditoriale« . Pour lui cette dernière étape va devenir apparente sous peu avec des livres proposant des solutions, des livres qui voient plus loin que la récession.

Certes, la crise n’est pas bénéfique au monde éditorial dans son ensemble, loin de là, mais il y a toujours des portes à explorer. La preuve, ces livres ne se trouvent pourtant pas là où nous les attendions, mais ils ont su trouver un public, des lecteurs désireux de comprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *